logo
banniere-coffrepeche-projets

Nos projets

Trier par :

Appuis techniques à la définition d’actions de développement du commerce régional et présentation du marché des produits de pêche à un atelier régional sur le commerce du poisson

  • Continent(s) / Région(s) / Pays :

    AfriqueAfrique de l'EstOuganda
  • Domaine(s) :

    Pêche
  • Client :

    AGROTEC
  • Année(s) :

    de 2011 à 2011
  • Description du projet :

    Le programme IRFS (ou SmartFish) a été lancé en février 2011 avec le but de contribuer à une augmentation du développement social, économique et environnemental et une intégration régionale plus approfondie dans les pays de l’océan Indien, de l’Afrique de l’est et australe grâce à l’exploitation durable des ressources halieutiques. Le programme est financé par l’Union européenne (contribution financière totale de 21 millions d’euros). Le programme est mis en œuvre par la Commission de l’Océan Indien (COI), en collaboration avec le Marché commun pour l’Afrique australe (COMESA) et la Communauté de l’Afrique (CEA) et l’Autorité intergouvernementale sur le développement (IGAD). Les autres institutions régionales impliquées comprennent la Southern African Development Community (SADC) et les organisations de gestion des pêches régionales, telles que la Commission des thons de l’océan Indien (CTOI), la Commission sud-ouest de l’océan Indien de la pêche (SWIOFC), l’Organisation des pêches du lac Victoria (LVFO), et l’Organisation des pêches du lac Tanganyika (LTFO). La première phase du programme sera mise en œuvre sur une période de 31 mois (Mars 2011-Septembre 2013). Les résultats attendus et les résultats du programme tombe dans les cinq catégories suivantes : la gouvernance des pêches ; gestion des pêches ; suivi, contrôle et surveillance des pêches et le commerce régional et la sécurité alimentaire.

    Cette session s’inscrivait dans le Résultat 4 du projet soit la composante régionale « amélioration du commerce du poisson ». Le développement d’une stratégie de commerce régional est un axe important du programme.

    Cette activité était une phase complémentaire des études de marché et de commerce régionaux ayant eu à la mi-2011, ainsi que de l’étude la chaîne de valeur Dagaa réalisée en août 2011. Les consultants ont été invités à se joindre à l’atelier Smartfish à Entebbe pour présenter quelques-unes des conclusions de leurs rapports en vue de préparer les États bénéficiaires du programme à développer une stratégie régionale du commerce des produits de la pêche.

    Les participants à l’atelier représentaient le secteur public et privé du : Burundi, RD Congo, Djibouti, Erythrée, Ethiopie, Kenya, Rwanda, Somalie, Soudan, Soudan du Sud, Tanzanie, Ouganda.

Etude des impacts socio-économiques des Dispositifs de Concentration de Poissons (DCP) ancrés dans les pêcheries locales de Sud-Ouest de l’océan Indien

  • Continent(s) / Région(s) / Pays :

    AfriqueComoresKenyaMadagascarMozambiqueOcéan IndienSeychellesTanzanie
  • Domaine(s) :

    Pêche
  • Client :

    Institut pour la Recherche et le Développement
  • Année(s) :

    de 2011 à 2011
  • Description du projet :

    Avec des fonds provenant des fonds français (FFEM en français) pour l’Environnement Mondial et sous le programme pour l’Océan Indien du sud-ouest (principalement financé par la Banque mondiale), l’étude met en place un aperçu des impacts de la pêche DCP socio-économique sur les utilisateurs.

    La mise en place de DCP dans le cadre du projet SWIOFP vise à améliorer les conditions économiques sur la pêche côtière à petite échelle.

    La présente étude se compose de (i) un aperçu de la pêche avec des DCP et présentant plus spécifiquement chaque catégorie de pêche autour des DCP (occasionnel, ciblées en liaison avec d’autre pêches professionnelles et mono-spécifique) et (ii) la compréhension des tenants et des aboutissants de chaque pêcheries pour mettre en évidence des éléments positifs à prendre en considération pour la mise en place de DCP dans les pays qui en sont dépourvu.

    Les résultats de l’analyse donneront une ligne directrice assez précise des effets de la mise en place des DCP sur les communautés de pêche, de la gestion mondiale des pêches et de l’approvisionnement alimentaire. Cela conduira à la création de marqueurs clés pour le succès de la mise en place de DCP au Kenya,  à Madagascar, au Mozambique et en Tanzanie.

    En outre, l’étude sera de définir un certain nombre d’indicateurs de suivi de la pêche aux DCP. Le choix du cadre analytique et d’interprétation et des indicateurs sera fait en concertation avec les personnes en charge de l’animation de la quatrième composante du projet SWIOFP.

    Deux experts sont chargés de la mission. L’étude est supervisée et examinée par un expert de haut niveau spécialisé sur les impacts socio-économiques de l’utilisation des DCP dans les pays tropicaux.

ICCAT Programme régional d’observateurs du thon rouge en Atlantique Est et en Méditerranée

  • Continent(s) / Région(s) / Pays :

    MéditerranéeOcéan Atlantique Est
  • Domaine(s) :

    Pêche
  • Client :

    ICCAT
  • Année(s) :

    de 2011 à 2015
  • Description du projet :

    Le Programme Régional d’Observateurs de l’ICCAT pour le thon rouge de l’Atlantique Est et de la Méditerranée (ROP-BFT) a été adopté en 2008 et amendé en 2010 et une nouvelle fois en 2012 par la Recommandation de l’ICCAT pour amender la Recommandation de l’ICCAT visant à l’établissement d’un programme pluriannuel de rétablissement pour le thon rouge de l’Atlantique Est et de la Méditerranée [Rec. 12-03], afin de garantir une couverture de 100% :

    • de tous les senneurs de plus de 20 mètres autorisés à pêcher du thon rouge ;
    • pendant tous les transferts de thon rouge en provenance des senneurs ;
    • pendant tous les transferts de thon rouge des madragues sur les cages de transport ;
    • pendant toutes les mises en cages de thon rouge dans les fermes ; et
    • pendant toute la mise à mort du thon rouge dans les fermes.

    Il s’agit d’embarquer des observateurs régionaux (ayant une nationalité différente de celles des navires et des établissements d’engraissement) pour veiller au respect des règles de gestion et de conservation de l’ICCAT que les politiques des pêches des pays membre doivent appliquer.

    Le ROP-BFT est opéré pour le compte de l’ICCAT par un consortium formé par le MRAG et COFREPECHE. Le Consortium réalise le recrutement et la formation des observateurs, l’achat de l’équipement et le déploiement des observateurs sur les navires participants à la campagne de pêche ainsi que sur les établissements d’engraissement durant toute l’année (avril à mars), sous la supervision du Secrétariat.

    Sur la période du contrat en cours (Contrat annuel renouvelé 3 fois) :

    • 371 navires de 15 pavillons ont participés au programme (Espagne, France, Grèce, Croatie, Tunisie, Libye, Turquie, Maroc, Corée, Italie, Malte, Egypte, Algérie, Albanie et Norvège).
    • 170 missions dans les établissements d’engraissement de 8 pays ont été réalisées durant le programme (Espagne, Tunisie, Turquie, Grèce, Malte, Maroc, Italie et Croatie).

Etude de l’offre et de la demande en produits de pêche et d’aquaculture dans la région d’Afrique Australe, Orientale et Océan Indien du Sud-Ouest

  • Continent(s) / Région(s) / Pays :

    EthiopieIle de la RéunionÎle MauriceMadagascarOcéan IndienZambie
  • Domaine(s) :

    AquaculturePêche
  • Client :

    AGROTEC
  • Année(s) :

    de 2011 à 2011
  • Description du projet :

    Le Programme d’assistance technique pour la mise en œuvre d’une stratégie régionale de la pêche en Afrique de l’Est, australe et l’océan Indien – ESA – IO – Région – (Smartfish programme) a été lancé à la fin de Février 2011 dans le but de contribuer à une augmentation du niveau de développement social, économique et environnementale et une intégration régionale accrue dans la région AfOA-OI grâce à l’exploitation durable des ressources halieutiques. Le programme est financé par l’Union européenne. Le programme est mis en œuvre par la Commission de l’Océan Indien (COI) en collaboration avec le Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA), la Communauté d’Afrique orientale (EAC) et l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD). La première phase du Programme sera exécuté sur une période de 31 mois (Mars 2011-Septembre 2013). Les résultats attendus et les résultats du programme sont dans les cinq catégories suivantes: la gouvernance des pêches, la gestion des pêches, un suivi, de contrôle et de surveillance, le commerce régional de poisson et la sécurité alimentaire.
    Cette cession s’inscrit dans le cadre du Résultat 4 (régional composante du commerce du poisson) du projet. Le développement d’une stratégie commerciale régionale est le but du programme.

    Cette étude contribuera à soutenir et à mieux comprendre l’offre actuelle et son potentielle et la demande pour les poissons et produits de la pêche dans la région vis-à-vis du commerce intra-régional principalement. Mais avec une vision élargie à d’autres marchés potentiels à l’extérieur de la région. L’Évaluations par pays devrait avoir des objectifs en termes de production / capture capacité (offre) et si possible l’identification des espèces et la capacité au niveau du produit. La situation de la demande doit être comprise au niveau des pays dans la région avec une identification spécifique des préférences pour les produits du poisson et du poisson.

Etude des impacts socio-économiques des Dispositifs de Concentration de Poissons (DCP) ancrés dans les pêcheries locales de Sud-Ouest de l’océan Indien

  • Continent(s) / Région(s) / Pays :

    ComoresÎle MauriceKenyaMadagascarMozambiqueOcéan IndienSeychellesTanzanie
  • Domaine(s) :

    Pêche
  • Client :

    Institut de Recherche pour le Développement
  • Année(s) :

    de 2011 à 2011
  • Description du projet :

    Avec des fonds provenant des fonds français (FFEM en français) pour l’Environnement Mondial et sous le programme pour l’Océan Indien du sud-ouest (principalement financé par la Banque mondiale), l’étude met en place un aperçu des impacts de la pêche DCP socio-économique sur les utilisateurs.

    La mise en place de DCP dans le cadre du projet SWIOFP vise à améliorer les conditions économiques sur la pêche côtière à petite échelle.

    La présente étude se compose de (i) un aperçu de la pêche avec des DCP et présentant plus spécifiquement chaque catégorie de pêche autour des DCP (occasionnel, ciblées en liaison avec d’autre pêches professionnelles et mono-spécifique) et (ii) la compréhension des tenants et des aboutissants de chaque pêcheries pour mettre en évidence des éléments positifs à prendre en considération pour la mise en place de DCP dans les pays qui en sont dépourvu.

    Les résultats de l’analyse donneront une ligne directrice assez précise des effets de la mise en place des DCP sur les communautés de pêche, de la gestion mondiale des pêches et de l’approvisionnement alimentaire. Cela conduira à la création de marqueurs clés pour le succès de la mise en place de DCP au Kenya,  à Madagascar, au Mozambique et en Tanzanie.

    En outre, l’étude sera de définir un certain nombre d’indicateurs de suivi de la pêche aux DCP. Le choix du cadre analytique et d’interprétation et des indicateurs sera fait en concertation avec les personnes en charge de l’animation de la quatrième composante du projet SWIOFP.

    Deux experts sont chargés de la mission. L’étude est supervisée et examinée par un expert de haut niveau spécialisé sur les impacts socio-économiques de l’utilisation des DCP dans les pays tropicaux.

Appui à la mise en place d’un système de suivi des ressources halieutiques marines

  • Continent(s) / Région(s) / Pays :

    AfriqueAfrique de l'OuestGabon
  • Domaine(s) :

    Pêche
  • Client :

    Directorate of Fisheries and Aquaculture, Ministry in charge of Fisheries, Gabon
  • Année(s) :

    de 2010 à 2010
  • Description du projet :

    Composée de trois spécialistes spécialisés dans la gestion des ressources halieutiques, les systèmes d’information halieutique et les statistiques halieutiques, l’équipe d’assistance technique a accompagné la Direction des pêches pour :

    • Faire un diagnostic de la situation actuelle du suivi des pêches à travers des statistiques et la collecte de données;
    • Élaborer et mettre en œuvre un nouveau système de suivi statistique des pêches;
    • Élaborer un modèle de journal de bord et des formulaires pour la collecte de données;
    • Élaborer une feuille de route pour surveiller les pêcheries industrielles;
    • Former le personnel technique à l’utilisation du système créé.

Etude sur la possibilité d’utilisation du by-catch et des retraits

  • Continent(s) / Région(s) / Pays :

    EuropeEuropeFrance
  • Domaine(s) :

    Pêche
  • Client :

    France Agrimer
  • Année(s) :

    de 2010 à 2011
  • Description du projet :

    Visant une optimisation durable de l’utilisation de la ressource et pour inciter les pêcheurs à se concentrer sur les prises valorisables sur le marché, la réforme Politique Commune des Pêches pourrait entraîner la suppression de mécanismes existants en France de soutien au retrait définitif ou au retrait report.

    L’objectif de FranceAgriMer, à travers la présente étude, est donc d’analyser la faisabilité économique de filières de valorisation des retraits et des rejets qui n’auront pu être évités, notamment pour satisfaire les besoins des organisations caritatives ; l’objectif est aussi de contribuer à bâtir un argumentaire pour conforter un mécanisme d’intervention (report/congélation/transformation) efficace, sans destruction de produits halieutiques

Etude de faisabilité du projet de développement touristique de la Région de Saint-Louis

  • Continent(s) / Région(s) / Pays :

    AfriqueAfrique de l'OuestSénégal
  • Domaine(s) :

    Pêche
  • Client :

    Agence de Développement Communale, Commune de St Louis, République du Sénégal
  • Année(s) :

    de 2010 à 2012
  • Description du projet :

    Le Groupement URBAPLAN-DETENTE-COFREPECHE- INGESAHEL a été amené à étudier la faisabilité de délocaliser les activités de débarquement des produits de la pêche sur un nouveau site. Une fois le site entériné (site de l’hydrobase), COFREPECHE a proposé un plan d’aménagement indicatif du site, précisé les aménagements devant être intégrés dans le projet, estimé l’enveloppement budgétaire. Le bureau a également vérifié l’acceptation d’une telle délocalisation auprès des différents parties prenantes locales. Enfin, M. Toussaint a secondé les autorités sénégalaises au cours de la mission d’évaluation menée par l’AFD au Sénégal dans le cadre de l’instruction du projet.

Etude de faisabilité de la mise en œuvre d’une production piscicole marine à Bahreïn

  • Continent(s) / Région(s) / Pays :

    Golfe Persique
  • Domaine(s) :

    Aquaculture
  • Client :

    Client privé
  • Année(s) :

    de 2010 à 2010
  • Description du projet :

    COFREPECHE a accompagné le Client dans toutes les phases de développement et d’assistance technique lors de la mise en œuvre, du démarrage et du suivi du projet pendant plusieurs années.

    La proposition était d’analyser une étude de faisabilité (plan d’affaires) du projet, afin d’étudier le site sélectionné, de proposer un concept général de la mise en œuvre de la ferme et de ses phases potentielles, pour obtenir une estimation de l’investissement nécessaire et du fonctionnement nécessaire et de vérifier la rentabilité de ce projet.

    Cette étude a permis d’informer le Client des besoins de mise en œuvre du projet et de décider ou de modifier son développement.

Evaluation de la recherche halieutique au Sénégal

  • Continent(s) / Région(s) / Pays :

    AfriqueAfrique de l'OuestSénégal
  • Domaine(s) :

    Pêche
  • Client :

    Direction des Pêches Maritimes (Sénégal)
  • Année(s) :

    de 2010 à 2012
  • Description du projet :

    Réalisation d’une évaluation approfondie (type audit) aux plans institutionnel, scientifique, humain et financier de la recherche halieutique sénégalaise pour une meilleure prise en charge des préoccupations des Départements chargés des pêches (maritime et continentale) et de l’aquaculture, en vue d’améliorer notablement la contribution de la recherche à la gestion durable des pêches.

    En deux phases :
    • Diagnostic des forces et faiblesses de la recherche halieutique au Sénégal (notamment le Centre de Recherche Océanographiques de Daka Thiaroye – CRODT),
    • Proposition de relance d’une politique de recherche au CRODT et propose un plan d’action accompagné d’une analyse des coûts.

accumsan efficitur. fringilla libero. Donec dictum vel, venenatis, porta. elit.