logo
banniere-coffrepeche-projets

Nos projets

Trier par :

Formation pour la professionnalisation des femmes mareyeuses dans les marchés au poisson

  • Continent(s) / Région(s) / Pays :

    AfriqueAfrique de l'OuestSénégal
  • Domaine(s) :

    Pêche
  • Client :

    ACP Fish II
  • Année(s) :

    de 2013 à 2013
  • Description du projet :

    Ce projet a visé à favoriser l’application des normes sanitaires dans les marchés au poisson de 5 localités de l’intérieur du Sénégal : Kaolack, Tambacounda, Thiès, Tivaouane et Touba.

    Le projet a été réalisé en 2 phases :

    • Phase préparatoire : évaluation de la situation (infrastructures, équipements et niveau de connaissance) par rapport aux normes sanitaires dans les marchés des 5 localités sélectionnées par des visites de sites ; élaboration du module de formation et du guide des bonnes pratiques d’hygiène et de qualité ; formulation de recommandations en vue de remédier aux insuffisances notées, y compris sur le réalisme et le caractère adapté ou non des normes existantes.
    • Phase de mise en œuvre : conduire la formation dans les sites de Kaolack, Tambacounda, Thiès, Tivaouane et Touba. Dans chaque localité, la formation a regroupé 25 bénéficiaires, principalement des femmes (mareyeuses) et duré 5 jours. La formation a revêtu un aspect théorique mais aussi pratique, impliquant des descentes dans les marchés et autres lieux où le poisson est commercialisé.

Évaluation rétrospective et prospective du protocole à l’accord de partenariat dans le secteur de la pêche entre l’Union européenne et la République islamique de Mauritanie

  • Continent(s) / Région(s) / Pays :

    AfriqueAfrique de l'OuestMauritanie
  • Domaine(s) :

    Pêche
  • Client :

    Commission européenne (DG MARE)
  • Année(s) :

    de 2013 à 2014
  • Description du projet :

    Ce contrat spécifique (n°8) fait partie du contrat cadre MARE/2011/01 lot 3 – Évaluations rétrospectives et prospectives relatives à la dimension internationale de la politique commune de la pêche (PCP). L’objectif de ce contrat spécifique est de fournir à la Commission Européenne, représentée à cette fin par la Direction –Général des affaires maritimes et des pêches (DG MARE), une évaluation du protocole en cours de l’Accord de Partenariat dans le domaine de la Pêche (APP) entre l’Union européenne (UE) et la République islamique de Mauritanie (RIM). L’évaluation se base des critères saillants par l’analyse de l’efficacité, l’efficience, l’économie, la cohérence et l’acceptabilité du protocole multi-espèces en cours. Cette évaluation a fourni aussi à la Commission les données et les analyses techniques de la situation nécessaire à la préparation de l’éventuelle négociation d’un nouveau Protocole d’APP entre l’UE et la RIM. La Commission considère cette évaluation comme un outil à l’amélioration de la qualité et de la cohérence du processus d’élaboration des politiques.

    Le rapport d’évaluation est disponible sur le site de la DG MARE. Rédigé en français, il inclut des résumés en anglais et en espagnol.

Évaluation rétrospective (ex post) du protocole de l’accord de partenariat dans le domaine de la pêche entre l’Union européenne (UE) et Madagascar et évaluation prospective (ex ante) d’un éventuel futur protocole

  • Continent(s) / Région(s) / Pays :

    AfriqueAfrique de l'EstMadagascar
  • Domaine(s) :

    Pêche
  • Client :

    Commission européenne (DG MARE)
  • Année(s) :

    de 2013 à 2014
  • Description du projet :

    Ce contrat spécifique (n°10) fait partie du contrat cadre N° MARE/2011/01 lot 3 – Évaluations rétrospectives et prospectives relatives à la dimension internationale de la politique commune (PCP). L’évaluation est réalisée pour le compte de la Commission européenne, représentée à cette fin par la DG MARE, qui sera l’utilisateur principal de l’évaluation afin d’évaluer la performance du Protocole actuel (2013 – 2014) et de préparer la négociation possible d’un nouveau protocole. L’objectif de ce contrat spécifique est de fournir à la Commission Européenne une évaluation du protocole actuel et d’évaluer sa performance sur la base de critères d’évaluation. Cette analyse fournira aussi à la Commission les données et les analyses techniques de la situation nécessaire à la préparation de la négociation possible d’un nouveau protocole de l’accord de partenariat dans le domaine de la pêche (APP) entre l’Union européenne et Madagascar.

    La Commission considère cette évaluation comme un outil à l’amélioration de la qualité et de la cohérence du processus d’élaboration des politiques.

    Il s’agit d’une évaluation de l’efficacité, de l’efficience, de la cohérence, de l’économie et de l’acceptabilité du protocole de l’accord de partenariat dans le domaine de la pêche.

    Le rapport est en français avec des résumés en anglais et en espagnol. Le rapport est disponible au public sur le site de la Commission européenne.

Evaluation rétrospective et prospective du protocole à l’accord de partenariat (APP) dans le secteur de la pêche entre l’Union européenne (UE) et l’Union des Comores et (IOC123) et du protocole de l’APP entre l’UE et les Seychelles

  • Continent(s) / Région(s) / Pays :

    AfriqueAfrique de l'EstEuropeSeychelles
  • Domaine(s) :

    Pêche
  • Client :

    Commission européenne (DG MARE)
  • Année(s) :

    de 2012 à 2013
  • Description du projet :

    Ce contrat spécifique (n°4) a fait partie du contrat cadre MARE/2011/01 lot 3 – Évaluations rétrospectives et prospectives relatives à la dimension internationale de la politique commune (PCP). L’évaluation a été réalisée pour le compte de la Commission européenne, représentée à cette fin par la Direction générale des affaires maritimes et de la pêche (DG MARE), qui sera l’utilisateur principal de l’étude afin d’évaluer la performance du protocole actuel et de préparer la négociation possible d’un nouveau protocole dans les deux pays tiers. La Commission considère cette évaluation comme un outil à l’amélioration de la qualité et de la cohérence du processus d’élaboration des politiques. L’objectif de ce contrat était de fournir à la Commission Européenne une évaluation du protocole actuel et d’évaluer sa performance sur la base de critères d’évaluation : pertinence, efficacité, efficience, durabilité et cohérence. Cette analyse a fourni aussi à la Commission les données et les analyses techniques de la situation nécessaire à la préparation de la négociation possible d’un nouveau protocole à APP entre l’Union européenne et le pays tiers concerné.

    Les rapports sont en français avec le résumé traduit en anglais et en espagnol pour les « Comores » et en anglais pour les « Seychelles » avec le résumé traduit en français et en espagnol. Les rapports sont disponibles au public sur le site de la Commission européenne.

Revue et mise jour de la loi portant réglementation de la pêche de 1998 et de ses textes d’application en République du Togo

  • Continent(s) / Région(s) / Pays :

    AfriqueAfrique de l'OuestTogo
  • Domaine(s) :

    Pêche
  • Client :

    ACP Fish II
  • Année(s) :

    de 2012 à 2012
  • Description du projet :

    La mise en œuvre du projet participe à l’atteinte des objectifs stratégiques opérationnels inscrits dans le nouveau document de politique des pêches et de l’aquaculture du Togo en visant spécifiquement l’objectif relatif à la révision du cadre légal régissant la pêche et l’aquaculture au Togo.

    L’assistance technique a consisté à élaborer dans un cadre participatif un projet de nouveau texte de loi sur les pêches et l’aquaculture au Togo ainsi que ses textes d’application, conformément aux termes de référence de la mission.

    Le projet s’est déroulé en deux phases selon les activités suivantes :

    Phase 1 :

    • Mise place du Comité de Suivi du Projet (CSP) en concertation avec la Direction des Pêches et de l’Aquaculture (DPA) ;
    • Elaboration d’un programme de travail et d’une méthodologie appropriée ;
    • Identification et collecte des instruments de politique des pêches et de l’aquaculture, des textes juridiques existants en matière de pêche et d’aquaculture ainsi que tout autre texte juridique ou information pertinente qui pourrait avoir des effets directs ou indirects sur les activités de pêche et d’aquaculture ;
    • Effectuer la revue des instruments, textes et informations visés au point (d) ;
    • Procéder à l’analyse de la loi de 1998 sur les pêches afin d’en identifier les insuffisances ;
    • Définir la nature des textes réglementaires à formuler ;
    • Organiser des consultations et des rencontres avec les acteurs du secteur à Lomé et dans les autres régions du pays qui auront été sélectionnées en concertation avec la DPA ;
    • Procéder à la rédaction du projet de texte de loi et des projets de textes réglementaires sur les pêches et l’aquaculture.

    Phase 2 :

    • Organiser et animer un atelier national de restitution et de validation de 2 jours du projet de texte de loi et des projets de textes réglementaires ;

    Finaliser les projets de texte en prenant en compte les commentaires et recommandations formulés lors de l’atelier national de restitution et de validation.

Evaluation ex post du protocole de l’accord de pêche entre l’UE et la Côte d’Ivoire et évaluation ex ante en vue d’un futur protocole

  • Continent(s) / Région(s) / Pays :

    AfriqueAfrique de l'OuestCôte d'Ivoire
  • Domaine(s) :

    Pêche
  • Client :

    DG MARE
  • Année(s) :

    de 2012 à 2012
  • Description du projet :

    Ce contrat spécifique (n°2) fait partie du contrat cadre N° MARE/2011/01 lot 3 – Evaluations rétrospectives et prospectives relatives à la dimension internationale de la PCP. L’objectif est de fournir à la Commission Européenne une évaluation du protocole actuel et d’évaluer sa performance sur la base de critères saillants. Cette évaluation fournira aussi à la Commission les données et les analyses techniques de la situation nécessaire à la préparation de la négociation possible d’un nouveau Protocole de l’Accord de Partenariat dans le domaine de la Pêche entre l’Union européenne et la Côte d’Ivoire. La Commission considère cette évaluation comme un outil à l’amélioration de la qualité et de la cohérence du processus d’élaboration des politiques.

    L’évaluation consiste en une étude globale du Protocole de l’Accord de Partenariat dans le domaine de la Pêche entre l’Union européenne et la Côte d’Ivoire. Il s’agit d’une évaluation de l’efficacité, de l’efficience, de la durabilité, de la cohérence et de la pertinence de cet accord de partenariat dans le domaine de la pêche dirigé par la DG MARE.

    L’évaluation est réalisée pour le compte de la Commission européenne, représentée à cette fin par la DG MARE, qui sera l’utilisateur principal de l’évaluation afin d’évaluer la performance du Protocole actuel et de préparer la négociation possible d’un nouveau protocole. Le rapport est en français avec des résumés en anglais et en espagnol. Suite à la négociation du nouveau protocole, le rapport est disponible au public.

Evaluation ex post du protocole de l’accord de pêche entre l’UE et la Côte d’Ivoire et évaluation ex ante en vue d’un futur protocole

  • Continent(s) / Région(s) / Pays :

    AfriqueAfrique de l'OuestCôte d'Ivoire
  • Domaine(s) :

    Pêche
  • Client :

    Commission européenne (DG MARE)
  • Année(s) :

    de 2012 à 2012
  • Description du projet :

    Ce contrat spécifique (n°2) fait partie du contrat cadre N° MARE/2011/01 lot 3 – Evaluations rétrospectives et prospectives relatives à la dimension internationale de la PCP. L’objectif est de fournir à la Commission Européenne une évaluation du protocole actuel et d’évaluer sa performance sur la base de critères saillants. Cette évaluation fournira aussi à la Commission les données et les analyses techniques de la situation nécessaire à la préparation de la négociation possible d’un nouveau Protocole de l’Accord de Partenariat dans le domaine de la Pêche entre l’Union européenne et la Côte d’Ivoire. La Commission considère cette évaluation comme un outil à l’amélioration de la qualité et de la cohérence du processus d’élaboration des politiques.

    L’évaluation consiste en une étude globale du Protocole de l’Accord de Partenariat dans le domaine de la Pêche entre l’Union européenne et la Côte d’Ivoire. Il s’agit d’une évaluation de l’efficacité, de l’efficience, de la durabilité, de la cohérence et de la pertinence de cet accord de partenariat dans le domaine de la pêche dirigé par la DG MARE.

    L’évaluation est réalisée pour le compte de la Commission européenne, représentée à cette fin par la DG MARE, qui sera l’utilisateur principal de l’évaluation afin d’évaluer la performance du Protocole actuel et de préparer la négociation possible d’un nouveau protocole. Le rapport est en français avec des résumés en anglais et en espagnol. Suite à la négociation du nouveau protocole, le rapport est disponible au public.

Revue et mise jour de la loi portant réglementation de la pêche de 1998 et de ses textes d’application en République du Togo

  • Continent(s) / Région(s) / Pays :

    AfriqueAfrique de l'OuestTogo
  • Domaine(s) :

    Pêche
  • Client :

    ACP Fish I
  • Année(s) :

    de 2012 à 2012
  • Description du projet :

    Le bureau d’études COFREPECHE est chargé de gérer et de coordonner la réalisation du projet « Revue et mise jour de la loi portant réglementation de la pêche de 1998 et de ses textes d’application en République du Togo ». La mise en œuvre du projet participe à l’atteinte des objectifs stratégiques opérationnels inscrits dans le nouveau document de politique des pêches et de l’aquaculture du Togo en visant spécifiquement l’objectif relatif à la révision du cadre légal régissant la pêche et l’aquaculture au Togo.

    L’assistance technique a consisté à élaborer dans un cadre participatif un projet de nouveau texte de loi sur les pêches et l’aquaculture au Togo ainsi que ses textes d’application, conformément aux termes de référence de la mission.

    Le projet s’est déroulé en deux phases selon les activités suivantes :

    Phase 1 :

    1)       Mise place du Comité de Suivi du Projet (CSP) en concertation avec la Direction des Pêches et de l’Aquaculture (DPA) ;

    2)       Elaboration d’un programme de travail et d’une méthodologie appropriée ;

    3)       Identification et collecte des instruments de politique des pêches et de l’aquaculture, des textes juridiques existants en matière de pêche et d’aquaculture ainsi que tout autre texte juridique ou information pertinente qui pourrait avoir des effets directs ou indirects sur les activités de pêche et d’aquaculture ;

    4)       Effectuer la revue des instruments, textes et informations visés au point (d) ;

    5)       Procéder à l’analyse de la loi de 1998 sur les pêches afin d’en identifier les insuffisances ;

    6)       Définir la nature des textes réglementaires à formuler ;

    7)       Organiser des consultations et des rencontres avec les acteurs du secteur à Lomé et dans les autres régions du pays qui auront été sélectionnées en concertation avec la DPA ;

    8)       Procéder à la rédaction  du projet de texte de loi et des projets de textes réglementaires sur les pêches et l’aquaculture.

    Phase 2 :

    1)       Organiser et animer un atelier national de restitution et de validation de 2 jours du projet de texte de loi et des projets de textes réglementaires ;

    2)       Finaliser les projets de texte en prenant en compte les commentaires et recommandations formulés lors de l’atelier national de restitution et de validation.

Revue et mise à jour du cadre juridique et des textes réglementant la pêche en vigueur en République de Djibouti

  • Continent(s) / Région(s) / Pays :

    AfriqueAfrique de l'EstDjibouti
  • Domaine(s) :

    Pêche
  • Client :

    ACP Fish II
  • Année(s) :

    de 2012 à 2013
  • Description du projet :

    Ce projet a visé à analyser le cadre juridique existant en matière de pêche en République de Djibouti afin d’en identifier les insuffisances en ce qui concerne notamment la lutte contre la pêche INN et le système de SCS dans les eaux sous juridiction djiboutienne et à réviser et réactualiser la loi sur la pêche et ses textes d’application en tenant compte des règles de droit international telles que reflétées dans les instruments internationaux en matière de pêche.

    Le projet a été réalisé en 2 phases :

    1. Phase préparatoire et rédactionnelle : identification, collecte, revue et analyse critique du Code des Pêches de 2002 et des instruments de politique des pêches, des textes réglementaires existants en la matière ; organisation des visites de terrain et des consultations avec les acteurs de la filière ; organisation d’un atelier pour échanger sur les questions de droit qui auront été identifiées lors de la phase de revue et d’analyse, élaboration d’un projet de texte de loi sur les pêches destiné à amender le Code des Pêches de 2002.
    2. Phase de validation : organisation et animation d’un atelier national de restitution et de validation du projet de texte de loi ; finalisation du projet de texte de loi en prenant en compte les commentaires et recommandations formulés lors de l’atelier ; préparation des projets de textes réglementaires sur la pêche visant à appliquer le texte de loi sur la pêche amendé.

    Les résultats suivants ont été atteints :

    • 34 représentants du secteur des pêches ont participé à l’atelier de consultation (2 jours) ;
    • 35 représentants du secteur des pêches ont participé à l’atelier de validation (2 jours) ;
    • La loi sur la pêche et ses textes d’application ont été révisés et réactualisés.

Appuis techniques à la définition d’actions de développement du commerce régional et présentation du marché des produits de pêche à un atelier régional sur le commerce du poisson

  • Continent(s) / Région(s) / Pays :

    AfriqueAfrique de l'EstOuganda
  • Domaine(s) :

    Pêche
  • Client :

    AGROTEC
  • Année(s) :

    de 2011 à 2011
  • Description du projet :

    Le programme IRFS (ou SmartFish) a été lancé en février 2011 avec le but de contribuer à une augmentation du développement social, économique et environnemental et une intégration régionale plus approfondie dans les pays de l’océan Indien, de l’Afrique de l’est et australe grâce à l’exploitation durable des ressources halieutiques. Le programme est financé par l’Union européenne (contribution financière totale de 21 millions d’euros). Le programme est mis en œuvre par la Commission de l’Océan Indien (COI), en collaboration avec le Marché commun pour l’Afrique australe (COMESA) et la Communauté de l’Afrique (CEA) et l’Autorité intergouvernementale sur le développement (IGAD). Les autres institutions régionales impliquées comprennent la Southern African Development Community (SADC) et les organisations de gestion des pêches régionales, telles que la Commission des thons de l’océan Indien (CTOI), la Commission sud-ouest de l’océan Indien de la pêche (SWIOFC), l’Organisation des pêches du lac Victoria (LVFO), et l’Organisation des pêches du lac Tanganyika (LTFO). La première phase du programme sera mise en œuvre sur une période de 31 mois (Mars 2011-Septembre 2013). Les résultats attendus et les résultats du programme tombe dans les cinq catégories suivantes : la gouvernance des pêches ; gestion des pêches ; suivi, contrôle et surveillance des pêches et le commerce régional et la sécurité alimentaire.

    Cette session s’inscrivait dans le Résultat 4 du projet soit la composante régionale « amélioration du commerce du poisson ». Le développement d’une stratégie de commerce régional est un axe important du programme.

    Cette activité était une phase complémentaire des études de marché et de commerce régionaux ayant eu à la mi-2011, ainsi que de l’étude la chaîne de valeur Dagaa réalisée en août 2011. Les consultants ont été invités à se joindre à l’atelier Smartfish à Entebbe pour présenter quelques-unes des conclusions de leurs rapports en vue de préparer les États bénéficiaires du programme à développer une stratégie régionale du commerce des produits de la pêche.

    Les participants à l’atelier représentaient le secteur public et privé du : Burundi, RD Congo, Djibouti, Erythrée, Ethiopie, Kenya, Rwanda, Somalie, Soudan, Soudan du Sud, Tanzanie, Ouganda.